Mutinerie en Côte d’Ivoire: d’où proviennent les pluies de milliards données aux mutins?

La chute du prix du cacao met le pays à genou

Le 19 avril, Alassane Ouattara, le chef de l’État, avait annoncé que la chute des cours du cacao devrait être répercutée sur les finances publiques. « Cette année, nous sommes dans l’obligation de réduire les dépenses de 10 % », avait-il annoncé.

Lors du conseil des ministres du 10 mai 2016, cette décision s’est matérialisée par  une baisse des investissements publics de 177,8 milliards, portant le niveau global à 1 746,9 milliards contre 1924,7 milliards initialement. Ce qui signifie que les ivoiriens devraient maintenant faire des sacrifices pour joindre les deux bouts.

C’est ce que fait comprendre le président lui-même. « J’ai été heureux pendant cinq ans parce que tout allait bien. Mais cette année, nous sommes dans l’obligation de réduire les dépenses de 10 %, et tous les ministères vous diront que leurs budgets ont été réduits de 5 % à 10 % », a expliqué Alassane Ouattara.

Des solutions inadéquates

Comme rattrapage de ce deficit qui selon toute vraisemblance proviendrait de la chute des cours du cacao, l’Etat a pris plusieurs mesures:

  • Baisse du prix bord champ du cacao de 1100 fcfa à 700 fcfa alors qu’un conseil café-cacao dont le but est d’amorcer la chute des prix existe.
  •  Augmentation du prix de l’essence de 23 fcfa alors que les prix internationaux sont au plus bas niveaux depuis des mois.
  • Augmentation prévue du prix de l’électricité en juillet de 3 pour cent.

Du planteur au chauffeur en passant par le fonctionnaire tous paient le prix de cette austérité.

Tout ça pour çà?

Le mercredi 10 mai 2017, une délégation des soldats du contingent 8 400 a été reçue à leur demande, par SEM le Président de la République, chef Suprême des Armées. Au cours de cet entretien, les soldats ont renoncé à toute revendication d’ordre financier, et présenté leurs excuses à la Nation. « Un élan de solidarité » selon les mots du chef de l’Etat. Oui, les populations ont même cru que c’était leur (militaires) part d’effort à l’austérité que vit le pays.

 

Hélas!!! Force est de constater que des incompréhensions et divergences sur les déclarations du porte-parole de ces soldats, ont abouti à des troubles dans plusieurs localités de Côte d’Ivoire, entraînant malheureusement des dégâts matériels importants, des blessés et des pertes en vies humaines.

Comme solution, l’Etat accepte de leur verser les milliards récupérés par l’austérité au détriment du contribuable. 42 + 16 milliards en moins d’un mois. Sans compter les 42 milliards versés en janvier dernier. Cela fait plus de 100 milliards extirpés des caisses de l’Etat sans consulter ni la population ni le contribuable. Cette même solution n’a pas été appliquée lors des multiples revendications sociales des mois précédents.

Y a-t-ils des privilégiés dans la république?

J.Michel

Post Author: boateng

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *