Justice : Simone Gbagbo acquittée, mais pas libre. Les raisons…

Tandis que le procureur demandait ‘’une condamnation à vie’’ contre Simone Gbagbo, la cour d’Assises d’Abidjan a décidé d’acquitter l’ex-première dame. Arrêtée le 11 avril 2011, et jugée pour crime contre l’humanité, Simone Gbagbo a vu le jury se prononcer en sa faveur ce mardi 28 mars 2017. Mais celle-ci reste toujours dans les filets de la justice ivoirienne.

Retour sur un procès à rebondissement…

Le procès avait commencé sur un ton de bras de fer. D’abord l’accusée qui se retire du procès, puis ses avocats qui dénonçaient le refus de la cour d’auditionner certains témoins clés. Dans la même veine, les avocats commis d’office, quitte la cour justifiant leur acte par le fait que le procès soit « lapidaire ».

C’est dans ce contexte que le procureur de la cour d’assises d’Abidjan a requis ‘’la prison à vie’’ pour l’accusée, absente au procès. Cette décision ne sera pas suivie par les juges.  « Le jury à la majorité déclare Simone Gbagbo non coupable des crimes qui lui sont reprochés, prononce son acquittement et ordonne qu’elle soit remise immédiatement en liberté si elle n’est retenue pour d’autres causes », a déclaré le juge Kouadjo Boiqui, président de la Cour d’assises.

Malgré le non-lieu, Simone Gbagbo n’est pas libre

En mars 2015 Simone Gbagbo a été condamnée à 20 ans de prison pour « attentat contre l’autorité de l’État, participation à un mouvement insurrectionnel et trouble à l’ordre public« . Dans ce procès, elle comparaissait avec 82 autres personnes pour leur responsabilité dans la crise post-électorale 2010-2011 ayant fait plus de 3000 victimes.

Bouatini Jean-Michel

Post Author: boateng

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *