Fespaco 2017: La Côte d’Ivoire à la conquête du grand prix Yennenga

La grande messe du cinéma africain a ouvert ses portes ce samedi 25 février à Ouaga. Déjà, en concert d’ouverture, l’on pouvait sentir les marques de la Côte d’Ivoire. Alpha Blondy, point d’orgue de cette 25e édition a taillé une musique sur mesure « Ouaga Rock » pour galvaniser d’entrée les festivaliers. Ce fut une entrée réussie pour le plus grand festival de cinéma africain.

A cette édition 150 films competiront dans différentes catégories. À côté de la compétition long métrage, présidé par le Marocain Nour-Eddine
Saïl, il y a aussi les courts métrages, les documentaires et les séries télévisuelles, sans oublier les films des
écoles africaines de cinéma, le futur cinématographique du continent.

La Côte d’Ivoire, invitée d’honneur, est représentée dans toutes les catégories. Le pays pourra ainsi compter sur et. Les représentants ivoiriens auront la lourde tâche de surclasser les 17 autres compétiteurs pour s’offrir l’étalon d’or dans la catégorie long métrage fiction.

 

  • Catégorie long métrage fiction

Innocent malgré tout coproduit par Kouamé Jean De Dieu Konan et Kouamé Mathurin Samuel Codjovi.

L’interprète d’Olivier Meliche Koné

  • Catégorie fiction court métrage

NORMALIUM de Siam MARLEY (Côte d’Ivoire)

LE CHEMIN de Mike COFIZ (Côte d’Ivoire)

Catégorie film documentaire

COLA UNE NOIX MILLE VERTUS : Seydou COULIBALY

L’APPEL DES TAMBOURS : de Fidèle KOFI

  • Catégorie série télévisuelle

APHASIE : Hyacinthe HOUNSOU

DEUX COUPLES, UN FOYER : Gbehi Jean Noel BAH

LAGNON : Emmanuel GOUEU

SOEURS ENNEMIES : Erico SERY/ Yurandy PEREIRA-SODRE

  • Catégorie des écoles africaines de cinéma

LE CACAO À LE FÉMININ : Mohamed TOURTE – Université Félix Houphouët BOIGNY

LE DỂCLIN : LAHOU KPANDA Jean Marie Venance SORO – Institut arc-en-ciel Côte d’Ivoire

SIRA : Serge Augustin KOUA –  Institut Polytechnique des Sciences et techniques de la Communication

Fort de ses treize participants, le ministre de la culture et de la francophonie, Maurice Kouakou Bandaman a signifié que « nous partons tous à la conquête du grand prix Yennenga ». Preuve qu’il n’y aura pas de place pour l’amateurisme dans ce festival. Le Fespaco fermera ses portes le 04 mars 2017.

J-M

Post Author: boateng

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *