Burkina Faso : la situation à Bouaké en Côte d’Ivoire inquiète les commerçants

La mutinerie des militaires ivoiriens à Bouaké n’avantage pas les commerçants et les transporteurs burkinabè. La situation est devenue inquiétante, alors que des camions de transport de marchandises et des bus sont bloqués à la frontière et en territoire ivoirien.

La mutinerie à Bouaké, une des villes touchées par le mouvement de protestation des ex-rebelles ivoiriens, a fini par atteindre la région frontalière du pays. Au Burkina Faso au nord, la situation est ingérable pour les commerçants qui effectuent habituellement des allers-retours entre les deux pays. Plusieurs d’entre eux, bloqués par les soldats mutins, n’arrivent même pas à trouver un autocar ou un camion. Pour passer la frontière, les transporteurs sont en effet obligés de débourser de l’argent avant continuer leur chemin. Ceux qui ne le peuvent pas sont immobilisés contre leur gré.

Pendant ce temps, les commerçants et leurs marchandises se voient de plus en plus pressés des deux côtés de la frontière. Drissa Barro, patron de la compagnie de transport TCV, n’en revient pas. Il a une douzaine d’autocars bloqués entre Bouaké et Niangoloko : «Si jusqu’à lundi (aujourd’hui, ndlr) la situation ne revient pas à la normale, nous serons obligés de rappeler certains autocars sur Ouagadougou, car la prise en charge des passagers devient très compliquée», prévient-il au micro de nos confrères de RFI. Barro a dû payer les soldats pour faire passer deux véhicules.

Post Author: boateng

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *