Afrique du Sud: Zuma perd un allié de taille

En Afrique du Sud, l’étau se resserre autour du président Jacob Zuma et, ce mardi matin 4 avril 2017, la Cosatu, la puissante confédération syndicale, a appelé le chef de l’Etat à démissionner. Elle explique qu’elle n’a plus confiance en lui après le remaniement ministériel controversé de la semaine dernière, qui n’en finit pas de faire des vagues. Cet appel de la Cosatu est une première.

Un par un, les alliés de l’ANC, le parti au pouvoir, sont en train de lâcher le chef de l’Etat. Lundi 3 avril, c’était le Parti communiste (PC), l’allié historique de l’ANC, qui a pris ses distances. Le Parti communiste a qualifié la politique du président Zuma d’« irresponsable », ayant plongé le parti et le pays dans la crise, et il a appelé le président à démissionner.

Et puis, ce mardi matin 4 avril, c’est la Cosatu, l’autre grand allié de l’ANC qui lance le même appel. Les deux alliés se disent profondément perturbés par le manque de concertation du président Zuma, lors de son remaniement ministériel, la semaine dernière.

L’alliance entre ces trois organisations, l’ANC, le PC et la Cosatu, implique des consultations, des décisions communes, que le chef de l’Etat n’a pas respectées quand il a limogé son ministre des Finances Pravin Gordhan

Post Author: boateng

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *